×

Centre funéraire Côte-des-Neiges

4525 Ch. de la Côte-des-Neiges, Montreal, QC

AVIS DE DÉCÈS

Yvonne Ghorayeb Ghali

Né(e) 14 septembre 1933

Née au Liban, Yvonne a vécu ses premières années au Moyen-Orient dans le tumulte de la Deuxième guerre mondiale et de plusieurs autres conflits. Elle est arrivée au Canada en 1984 aspirant à une vie plus paisible. Elle s’ installe avec enthousiasme à Montréal près de ses quatre enfants, Yolande, Ted, François et Pierre malgré les hivers rigoureux auxquels elle n’était pas habituée. Mais les quatre saisons du Québec lui donnaient toujours cette anticipation du lendemain. Elle s’y installa donc avec enthousiasme et très vite s’est attachée à la facilité de vie et à la joie de vivre du quartier multiculturel de Côte-des-neiges. Fine bouche, bonne vivante et excellente cuisinière, elle appréciait la grande variété des cuisines et adorait les marchés en plein air de son quartier. Elle a profité avec ferveur des innombrables aspects de la vie culturelle qu’offre Montréal et a rapidement étendu son cercle d’amis fidèles autour duquel elle a vécu une vie heureuse. Bonne vivante, elle a bien apprécié la vie et nous lègue de joyeux souvenirs! Cependant, elle laisse dans le deuil ses quatre enfants, ses petits-enfants, ses arrières petits-enfants et tous ses amis(ies).

Merci Maman, merci Mamie, merci Yvonne.

L'organisation Centre funéraire Côte-des-Neiges diffusera l'événement funéraire de Yvonne Ghorayeb Ghali le samedi 5 septembre 2020 de 10 h 15 HAE à 11 h 45 HAE.

Il vous sera possible de le visionner en direct ou en reprise via https://funeraweb.tv/fr/diffusions/17360

La webdiffusion est protégée par le mot de passe suivant: Mot de passe: 220773

Des dons au nom de Yvonne Ghorayeb-Ghali peuvent être faits soit à l'Institut-Hôpital neurologique de Montréal, soin aux patients (Neuro): alumni.mcgill.ca/give (514.398.1958) soit au Centre hospitalier de St. Mary, santé des femmes: stmaryshospitalfoundation.ca/fr/je-donne (514.734.2694).

Souvenirs

Yvonne Ghorayeb Ghali

VOUS AVEZ UN SOUVENIR OU DES CONDOLÉANCES À AJOUTER?

ENVOYEZ CONDOLEANCES
Fernande Lyons

5 septembre , 2020

My sincere condolences to the family on your loss. Aunt Yvonne was a beautiful person. Loved by all who knew her. May God bless her as she enters heaven.
Thoughts and prayers are with the family, she is going to be missed tremendously, my loves to you all.♥️🙏🙏🙏

Love
Fernande Lyons

Sabine Gemayel-d'Herbécourt

5 septembre , 2020

Adolescente, je garde un souvenir d'Yvonne sur son balcon rond à Achrafieh au Liban entrain de faire le café.

Adulte, à Washington, je nous revoie entrain de rouler des feuilles de vignes ensemble. Nous médisions avec plaisir. C'était délicieusement intime dans les petits rires du quotidien. Mes feuilles de vignes n'étaient bien sur pas aussi régulières que les siennes!

On pouvait aller chez elle à toute heure du jour ou de la nuit, elle vous recevait à sa table et demandait des nouvelles de tout un chacun. C'était une femme de charactère que rien n'ébranlait et qui par ses rires et ses commentaires vous redonnait la pêche et la bonne humeur en un rien de temps.

Elle va nous manquer.

Sabine

Jade Ghali-Lachapelle

5 septembre , 2020

Ma mamie était un être super-complexe.
Elle avait c'est secret, mais aussi c'est histoire.

Elle me racontait sa vie à compte goutte, mais pouvait me dire ce que ma mère avait fait en 1960 avec de grands détails.

Elle pouvait me faire taire par un seule regard, mais par un autre être complice d'un fou rire.

 Elle critiquait ce que je portais tout le temps, mais m'aurait donné le chandail sur son dos si je lui avais demandé.

Elle aimait aller au restaurant, mais cuisinaient les meilleurs plats. On sentait en bas du building les plats qu'elle vous avait préparée, mais vous êtes chanceux si elle a partagé une recette avec vous.

Elle faisait partie d'une génération d'immigrants qui aimait pas tant les autres mais elle accueillait tout le monde les bras ouverts.
Elle avait une peau douce où vous aviez envie d'y perdre des bisous, mais une peau dure qui endurait toute ce que la vie lui avait donné.

Je suis grace à elle une femme forte, accomplis et indépendante, mais qui a cette pression de vouloir plaire à mon " mari ".

Cette photo je l'ai pris aux nouveaux ans, c'est la dernière fois que je l'ai vu. Elle avait préparé des bouchés et on a bu du champagne comme des grandes dames.
Elle m'a dit c'est mon dernier, comment j'aurais pu la croire.

Je t'aime ma mamie, tu me manques .

Je sais tu n'aurais pas aimé mon message, j'en dis trop.

Friederike Pacher

4 septembre , 2020

Même loin géographiquement et sans contact direct depuis quelque temps, le décès d'Yvonne m'affecte vraiment.
Je me remémore nos sorties hebdomadaires au marché Jean Talon, chez Adonis, au marché Atwater aussi, quand nous avions le courage de nous aventurer un peu plus loin.
Yvonne était là, à un moment difficile de ma vie, elle a partagé avec moi ses bons "tuyaux" pour me faciliter mon quotidien, à défaut de pouvoir faire plus pour moi. Elle était discrète, n'a jamais posé de questions. Elle était juste là.
Après nos courses, nous avions l'habitude de prendre un café, tranquillement, pour parler de tout et de n'importe quoi.
Je garde d'elle l'image d'une femme forte qui a su surmonter la perte de son mon mari et la guerre, qui s'est installée dans un pays qu'elle ne connaissait qu'à travers ses enfants dans un premier temps, l'image d'une femme fragile aussi, mais sa vulnérabilité, elle la gardait le plus souvent pour elle, histoire de ne pas inquiéter ses enfants.
Voilà, Yvonne, mon souvenir le plus précieux de toi: toutes les deux, devant un café, après les courses.
Un seul regret, celui de ne pas avoir eu l'occasion de te revoir après mon départ de Montréal.
Je serai là demain pour célébrer ta vie et je boirai ensuite un verre à ta santé. Je pense que tu aurais apprécié.
Merci à cette femme difficile par moments mais d'une telle générosité de cœur!
Avec ma reconnaissance au-delà des temps!
Friederike

DE LA FAMILLE
DE LA FAMILLE