Lorsqu'un de vos parents décède : Gérer le deuil de votre mère ou de votre père

Par David Kessler

 

Quand le parent d'un adulte décède, il existe presque une attente tacite que cela ne vous frappe pas de front. Un adulte est censé accepter la mort comme une partie de la vie et gérer tous les deuils soudains d'une manière adulte appropriée. Mais vraiment, qu'est-ce que ça veut dire? Que vous ne devez pas être triste? Que vous devez être si reconnaissant qu'ils ne soient pas décédés quand vous étiez enfant que vous n'avez pas besoin de pleurer vos parents? Les questions ci-dessus démontrent une sous-estimation du deuil.

Le chagrin est le reflet du lien qui a été perdu. Cette perte ne diminue pas parce que vous êtes un adulte ou parce que votre mère ou votre père a vécu une longue vie. Notre société exerce une énorme pression sur nous pour surmonter le deuil, pour surmonter le chagrin. Mais combien de temps devrions-nous être affligés pour l'homme qui était votre père pendant 30 ans? Avez-vous moins de chagrin pour celle qui a été votre mère pendant 50 ans? Le deuil arrive en un moment, mais ses conséquences durent toute une vie. Le chagrin est réel parce que la perte est réelle. Chaque perte laisse sa propre trace aussi distinctive et unique que la personne que nous avons perdue. Peu importe quel âge nous avons.

Lorsque nous perdons un parent âgé, souvent des amis bien intentionnés essaient d'offrir des condoléances, comme « Il a eu une longue vie, vous devez être heureux à propos de cela » ou « Vous êtes si chanceux qu'il soit mort si vite. » Cependant, ces mots ne nous conviennent souvent pas, car nous subissons la perte d'un père ou d'une mère qui a été à nos côtés toute notre vie. Nous n'aurons jamais d'autre père. Nous n'aurons jamais d'autre mère.

La relation parentale

Nous oublions parfois la profondeur du lien que nous avons avec nos parents. Ils sont souvent notre lien principal dans le monde et vers le monde. Même si nous avons un conjoint aimant, des enfants et de nombreux amis proches, la mort d'un parent signifie la perte de l'un de nos premiers et plus importants liens. L'idée fausse selon laquelle un adulte mature et capable n'aura pas besoin de pleurer son parent peut faire en sorte que les personnes en deuil se sentent encore plus seules, car leur chagrin n'est pas reconnu.

Réflexion

Après la mort de nos parents, nous les regardons sous un autre jour. Nous réalisons, peut-être pour la première fois, tout ce qu'ils ont fait pour nous en tant qu'enfants. Pour certains d'entre nous, lorsque nous devenons parents, nous comprenons les défis que nos propres parents ont dû surmonter. Nous acquérons une nouvelle perspective sur leurs vies. Si nous avons idéalisé nos parents quand nous étions enfants, maintenant nous voyons aussi leurs défauts et leurs imperfections. Dans le cas de la perte d'un parent, par exemple votre mère, il y a une grande opportunité d'en savoir plus sur elle à partir de la perspective et des expériences de votre père survivant.

À l'âge adulte, notre relation avec nos parents change et continue. Avant qu'un parent ne soit parti, nous comprenons intellectuellement qu'ils mourront un jour. Mais comprendre et anticiper ne nous prépare pas au chagrin que nous ressentons lorsque nous perdons un parent en tant qu'adultes. Lorsque vous réfléchissez au souvenir de votre parent, que vous soyez seul ou avec un parent survivant comme mentionné ci-dessus, vous commencez le voyage à travers les étapes bien connues du deuil.

Les cinq étapes du deuil

Dans « On Grief and Grieving », un livre que j'ai coécrit avec Elisabeth Kübler-Ross, M.D., elle et moi discutons comment ces étapes ont évolué depuis leur introduction et comment elles ont été très mal comprises au cours des dernières décennies. Les gens pensent à tort qu'ils vont ranger les émotions désordonnées dans des paquets soignés. Mais les émotions de deuil reflètent des sentiments et sont au-delà de l'organisation. Ils sont des réponses organiques à la perte et tout comme il n'y a pas de pertes typiques, il n'y a pas de réponses typiques à la perte. La vérité est que notre chagrin est aussi individuel que nos vies.

Les cinq étapes du deuil - déni, colère, négociation, dépression et acceptation - font partie du cadre qui nous aide à apprendre à vivre sans la personne que nous avons perdue. Ce sont des outils pour nous aider à définir et à encadrer ce que nous ressentons, mais pas pour l'organiser. Ils ne sont pas des arrêts sur une chronologie de deuil linéaire. Tout le monde ne passe pas à travers chacune et il n'y a pas un ordre prescrit. Elles sont les suivantes :

1. Déni

Le déni dans le deuil a été mal interprété au fil des ans. Quand Kübler-Ross a introduit le stade du déni, celui-ci se concentrait sur la personne qui était en train de mourir. Dans le deuil après la perte, le déni est plus symbolique que littéral.

Qu'est-ce qui se passe pendant la phase de déni?

  • Le déni et le choc nous aident à faire face et à rendre la survie possible.
  • Le déni nous aide à calmer nos sentiments de chagrin.
  • Il y a de la grâce dans le déni. C'est la manière pour la nature de laisser entrer seulement ce que nous pouvons gérer.

À quoi ressemble le déni?

  • Le déni est une incrédulité que votre parent ne rappellera jamais ou que votre père n'est pas juste en voyage.
  • Vous ne pouvez pas imaginer qu'il ne franchira plus jamais cette porte.
  • Au début, nous pourrions être paralysés par le choc.
  • Plutôt que de nier la mort réelle quand quelqu'un dit : « Je ne peux pas croire qu'il est mort », la personne communique en fait que ce décès est trop pour son âme.
  • Vous commencez à remettre en question le comment et le pourquoi. Vous pouvez demander en passant en revue les circonstances, comment c'est arrivé?
  • Vous n'êtes plus dans un mode de narration externe. Maintenant, vous vous tournez vers l'intérieur lorsque vous commencez la recherche de la compréhension.
  • Vous explorez les circonstances entourant le décès. Est-ce que ça devait arriver de cette façon? Est-ce que quelque chose aurait pu l'empêcher?

La fatalité du décès commence à s'introduire progressivement. Elle ne reviendra pas. Cette fois, il n'est pas passé au travers. Avec chaque réalisation de la vérité, vous commencez à gravir la montagne en réalisant qu'ils sont vraiment partis. En acceptant la réalité de la perte et en commençant à vous poser des questions, vous commencez inconsciemment le processus de guérison. Vous allez devenir plus fort alors que le déni commence à s'estomper. Mais au fur et à mesure que vous avancez, tous les sentiments que vous avez nié commencent à faire surface.

2. Colère

La colère est une étape nécessaire du processus de guérison. Soyez prêt à ressentir votre colère. Plus vous la ressentez vraiment, plus elle commencera à se dissiper et plus vite vous guérirez. Il y a beaucoup d'émotions sous la colère. Vous les découvrirez au moment opportun, mais la colère est l'émotion que nous sommes le plus habitués à gérer. Nous la choisissons, souvent pour éviter les sentiments sous-jacents, jusqu'à ce que nous soyons prêts à les affronter. Cela peut sembler épuisant, mais tant que la colère ne vous consomme pas pendant une longue période de temps, c'est une partie légitime de votre gestion émotionnelle interne.

La colère n'a pas à être logique ou valide. Il est important de ressentir la colère sans la juger, sans chercher à y trouver un sens. La vie est injuste. La mort est injuste. La colère est une réaction naturelle à l'injustice du deuil. Si vous pouviez changer les choses, vous le feriez, mais vous ne pouvez pas et vous n'êtes pas à blâmer.

Les gens peuvent vous demander de passer rapidement à travers votre colère, mais il est important de se rappeler que cela fait partie du processus de deuil. Les gens peuvent aussi ressentir que notre colère est déplacée, inappropriée ou disproportionnée. Certaines personnes peuvent ressentir que votre colère est trop dure ou excessive. Ne laissez personne diminuer l'importance de ressentir pleinement votre colère. Et ne laissez personne critiquer votre colère, pas même vous. Nous ne pouvons pas changer les réactions des autres à notre colère. Tout ce que nous pouvons faire, c'est prendre soin de nous-mêmes.

Qu'est-ce qui se passe pendant la phase de colère?

  • La colère masque souvent notre douleur, laissant le temps à des sentiments intenses de remonter à la surface, des sentiments qui peuvent être trop difficiles à gérer en ce moment.
  • La colère signifie que vous progressez dans votre deuil.
  • La colère confirme que vous pouvez ressentir que vous avez aimé et que vous avez perdu.
  • Malheureusement, la colère peut vous isoler de vos amis et de votre famille au moment précis où vous en aurez le plus besoin.

À quoi ressemble la colère?

  • De la colère envers le parent qui n'a pas bien pris soin de lui.
  • De la colère de ne pas avoir bien avoir pris soin de lui.
  • Vous pouvez être fâché de ne pas avoir vu cela venir et quand vous l'avez fait, rien ne pouvait l'arrêter.
  • Ou vous pourriez être en colère contre les médecins pour ne pas avoir été en mesure de sauver quelqu'un qui vous est cher.
  • Votre colère peut prendre la forme d'affronter le fait que de mauvaises choses pourraient arriver à quelqu'un qui a tant de signification pour vous.
  • De la colère envers le système de santé, envers la vie ou votre parent pour être décédé.
  • De la colère jumelée à de la culpabilité et à du ressentiment.
  • Vous pouvez également éprouver des sentiments de culpabilité, soit de la colère tournée envers vous-même.

Pleurer un parent pour qui vous avez des sentiments négatifs

Les gens sont souvent en conflit au sujet du deuil d'un parent pour qui ils ont eu des sentiments négatifs. Le deuil confus qui s'en suit est que les enfants adultes ne peuvent pas comprendre pourquoi ils se sentent tristes et en colère contre quelqu'un qu'ils n'aimaient pas vraiment. Nous pleurons ceux qui se sont occupés de nous comme ils le devaient. Nous pleurons aussi pour ceux qui ne nous ont pas donné l'amour que nous méritions.

Vous pouvez pleurer pleinement pour les gens qui ont été terribles envers vous. Et si vous avez besoin de pleurer pour eux, vous devriez le faire. Nous devons prendre le temps de pleurer et d'analyser le type de parent que nous avons eu et le type que nous n'avons jamais eu et reconnaître la réalité que ces pertes ne peuvent pas être écartées même si nous pensons que la personne ne mérite pas notre amour.

3. Négocier

Avant un décès, il semble que vous feriez n'importe quoi si seulement la personne aimée pouvait être épargnée. Après un décès, la négociation peut prendre la forme d'une trêve temporaire. Nous nous perdons dans un labyrinthe de phrases du genre « Si seulement... » ou de « Et si... ». Nous voulons que la vie redevienne ce qu'elle était. Nous voulons que notre père revienne. ... si seulement, si seulement, si seulement.

Qu'est-ce qui se passe pendant la phase de négociation?

  • La négociation peut aider notre esprit à passer d'un état de perte à un autre.
  • Ce peut être une station sur le chemin qui donne à notre âme le temps dont elle a besoin pour s'adapter.
  • La négociation peut combler les lacunes que nos émotions fortes dominent généralement, car elle garde la souffrance à distance.
  • Cela nous permet de croire que nous pouvons rétablir l'ordre dans le chaos qui a pris le dessus.

À quoi ressemble la négociation?

  • « S'il vous plaît Dieu », négociez-vous, « Je ne serai plus jamais en colère après ma mère si vous la laissez vivre. »
  • « Et si je consacrais le reste de ma vie à aider les autres? Puis-je me réveiller et me rendre compte que tout cela a été un mauvais rêve? »
  • « Si seulement nous avions trouvé la tumeur plus rapidement et reconnu la maladie plus vite. »
  • « Et si nous avions pu empêcher l'accident de se produire? »
  • Après un décès, la négociation passe souvent du passé à l'avenir.
    • Nous pouvons négocier que nous allons revoir nos parents au paradis.
    • Nous pouvons négocier et demander un répit de la maladie dans notre famille ou qu'aucune autre tragédie ne rende visite à nos proches.

Au fur et à mesure que nous avançons dans le processus de négociation, l'esprit modifie les événements passés tout en explorant toutes ces déclarations « et si » et « si seulement ». Malheureusement, en tant qu'adultes, nous arrivons à la conclusion inévitable ... la réalité est que le parent est vraiment parti.

4. Dépression

Après la négociation, notre attention se déplace dans le présent. Le sentiment de vide fait surface et le deuil entre dans nos vies à un niveau plus profond, plus profond que nous ne l'avions jamais imaginé. Cette étape de dépression se ressent comme si elle durera toujours. Il est important de comprendre que cette dépression n'est pas un signe de maladie mentale. C'est la réponse appropriée au deuil d'un parent.

La dépression est une réponse appropriée

La dépression après un décès est souvent perçue comme anormale, un état à réparer, quelque chose dont il faut se débarrasser. La première question à vous poser est : est-ce que oui ou non votre situation est réellement déprimante. La perte d'un parent est une situation très déprimante et la dépression est une réponse normale et appropriée. Quand une perte s'installe complètement dans votre âme, la réalisation que, cette fois, l'état du parent ne s'est pas amélioré et qu'il ne revient pas, est naturellement déprimant.

La dépression est un pas vers la guérison

Si nous voyons le deuil comme un processus de guérison, alors la dépression est l'une des nombreuses étapes nécessaires en cours de route. Si vous avez la conscience de reconnaître que vous êtes en dépression ou que plusieurs amis vous ont dit que vous êtes déprimé, votre première réaction pourrait être de résister et de trouver une issue. Trouver un moyen de sortir de la dépression, c'est comme aller dans un labyrinthe en craignant qu'il n'y ait pas de sortie.

Comment gérer la dépression

Aussi difficile que cela puisse être, la dépression peut être traitée d'une manière paradoxale. Voyez-la comme un visiteur, non invité bien sûr, mais un qui vous rend visite que vous l'aimiez ou non. Faites une place pour votre invité. Invitez votre dépression à prendre une place avec vous devant le feu et asseyez-vous avec, sans chercher un moyen de vous échapper.

Permettez à la tristesse et au vide de vous nettoyer et de vous aider à explorer votre deuil dans son intégralité. Lorsque vous vous permettez de faire l'expérience de la dépression, habituellement elle partira dès qu'elle aura servi son but dans votre deuil. À mesure que vous devenez plus fort, elle peut revenir de temps en temps, mais c'est ainsi que fonctionne le deuil.

Qu'est-ce qui se passe pendant la phase de dépression?

Aussi difficile que cela puisse être à supporter, la dépression a des éléments qui peuvent être utiles dans le deuil.

  • Elle nous ralentit et nous permet d'assimiler l'entièreté du deuil.
  • Elle nous fait nous reconstruire à partir de zéro.
  • Elle fait de la place pour la croissance.
  • Cela nous amène à un endroit plus profond de notre âme que nous n'explorerions pas normalement.

5. Acceptation

Cette étape consiste à accepter la réalité que la personne aimée est physiquement partie et que cette nouvelle réalité est permanente. Nous n'aimerons jamais cette réalité ni sera-t-elle OK, mais éventuellement nous l'accepterons. C'est là que notre finale et notre ajustement peuvent prendre une place ferme, malgré le fait que la guérison ressemble souvent à un état inaccessible.

Qu'est-ce qui se passe pendant la phase d'acceptation?

  • Nous, les survivants, commençons tristement à réaliser que c'était le moment de mourir pour la personne aimée.

Bien sûr, c'était trop tôt pour nous et probablement trop tôt pour elle aussi. Peut-être était-elle très vieille ou pleine de douleur et malade. Son corps était peut-être usé et elle était prête à terminer sa vie. Mais notre vie continue quand même. Ce n'est pas encore le temps pour nous de décéder. En fait, c'est le temps pour nous de guérir.

  • Et, souvent, nous comprennons notre propre mortalité.
  • Nous apprenons à vivre avec le décès et à commencer à vivre selon la nouvelle norme.

À quoi ressemblent l'acceptation et la guérison?

  • Se souvenir et se réorganiser.
  • Nous pouvons cesser d'être en colère après Dieu; nous pouvons prendre conscience des raisons de notre deuil, même si nous n'en comprenons jamais vraiment les raisons.
  • Réorganiser les rôles, les redistribuer aux autres ou les assumer nous-mêmes.

Nous essayons maintenant de vivre dans un monde duquel notre parent est absent. En résistant à cette nouvelle norme, plusieurs personnes, au début, désirent maintenir la vie telle qu'elle était avant le décès de la personne aimée. Avec le temps et un peu d'acceptation, nous voyons que nous ne pouvons pas maintenir le passé intact. Il a été changé pour toujours et nous devons réajuster.

Obligations pratiques

Dans notre deuil, tandis que de lourdes émotions nous habitent, nous sommes toujours appelés à remplir les obligations du quotidien d'organiser les affaires du monde de nos parents. Une des tâches qui nous attend dans notre deuil est de prendre soin des biens de nos parents. Quelles que soient leurs possessions, les objets les plus précieux ou les petits objets peu coûteux qu'ils ont collectionnés au fil des ans, ils sont tous symboliques. Ils représentent des choses qui signifiaient assez pour nos parents qu'ils ont choisi de les garder. Les gens trouvent souvent que c'est une tâche accablante.

S'occuper des biens de ses parents

  • Considérez inviter un ami pour vous aider.
  • Utilisez ceci comme un voyage de découverte pour rapporter des souvenirs qui ont longtemps été oubliés par vous.
  • Vous pouvez également utiliser ce processus difficile pour apprendre de nouvelles choses sur vos parents.
  • Vous avez peut-être l'impression d'envahir leur vie privée, mais rappelez-vous simplement : qui d'autre voudraient-ils pour faire cela à part vous? Qui protégerait leur vie privée et leur dignité mieux que vous?
  • Ayez un appareil photo avec vous. Les éléments dont vous voulez vous souvenir, mais que vous n'utiliserez plus jamais peuvent être immortalisés avec une image et donnés à quelqu'un qui peut l'utiliser.

Laisser aller des objets

Il peut être difficile de laisser aller certaines choses qui représentent vos parents pour vous. Vous voudrez peut-être conserver d'autres objets pour les donner à vos amis, aux membres de votre famille ou peut-être à vos enfants. Gardez-en quelques-uns et donnez le reste à une œuvre de bienfaisance de votre choix. Cela peut être le dernier cadeau de vos parents au monde. Imaginez comment ces choses pourraient aider quelqu'un d'autre qui n'a pas l'argent ou les ressources pour acheter tout ce dont il a besoin. Maintenant, quelqu'un d'autre peut y prendre plaisir et trouver une utilité pour certains des biens précieux de vos parents.

Lorsque vous avez un parent survivant

Certains d'entre vous peuvent emballer les affaires d'un parent décédé avec le parent survivant. Vous pouvez être celui qui les aide doucement à accomplir cette tâche. Soyez patient, soyez gentil et prenez le temps de parler de vos souvenirs.

Les différences dans le deuil

Alors que nous travaillons pour équilibrer notre monde intérieur avec notre monde extérieur, nous pouvons être surpris de découvrir que chacun de nous vit son chagrin différemment, même parmi les frères et sœurs, on peut pleurer avec beaucoup de larmes et l'autre sans aucune. On peut se sentir soutenu dans un groupe, l'autre peut avoir besoin de temps seul avec son chagrin.

Sans le savoir, certains d'entre nous ont tendance à penser que notre façon de vivre notre deuil est la bonne. Nous pensons que les autres devraient pleurer comme nous. Indépendamment du chagrin que nous ressentons, nous tombons habituellement vers une extrémité du continuum ou de l'autre. Nous sommes soit en train « de pleurer de la bonne façon (notre façon) » ou de nous juger nous-mêmes en train de pleurer de la « mauvaise façon ».

En fin de compte, nous avons besoin de compassion pour nous-mêmes et pour ceux qui nous entourent. Nous avons subi une grande perte dans notre vie, une qui nous a ébranlés jusqu'au cœur et encore plus si nous sommes l'un des nombreuses personnes qui ont perdu un parent l'un après l'autre, nous faisant sentir encore plus déconnectés du monde.

Vivre sans son père et sa mère dans la vie

Que nos parents vivent près ou loin, soient émotionnellement proches ou distants, ils nous ancrent dans le monde. Nous ne les considérons pas souvent comme une ancre invisible, mais en vérité, ils tiennent une place dans notre calendrier générationnel. Ils sont là depuis notre naissance et même si, intellectuellement, nous savons qu'ils vont mourir un jour, comment imaginer quelque chose qui a toujours été là, peut disparaître tout à coup? Pouvez-vous imaginer un monde sans ciel? Bien sûr que non. Il a toujours été là.

La mort d'un parent nous transporte dans un monde auquel nous avons pensé, mais auquel nous ne pouvions pas vraiment nous préparer. Nous explorons soudainement de nouveaux terrains, nous sentant sans racines ou comme si le sol avait été arraché de sous nos pieds. Et d'une manière symbolique, ça l'a vraiment été.

Une nouvelle relation

En guérissant, nous apprenons qui nous sommes et qui sont nos parents dans la vie. D'une manière étrange, en traversant le deuil, la guérison nous rapproche de la personne que nous aimons. Une nouvelle relation commence. Nous apprenons à vivre avec le parent que nous avons perdu.

Maintenant que vous assistez à la fin d'une vie, cette même vie qui vous a donné la vôtre, le souvenir est profondément enfoui dans votre cœur et demeure profondément dans votre âme. Une nouvelle relation continuera avec ce parent, pas une relation physique, mais une relation où le parent vit dans votre cœur. Vous continuerez à vous souvenir d'eux, à penser à eux et à les aimer pour le reste de votre vie jusqu'à ce que vous vous retrouviez.

Petit à petit, nous retirons notre énergie du deuil et commençons à la réinvestir dans la vie. Nous mettons le deuil en perspective, apprenant à nous souvenir de nos proches et commémorant la perte. Dans les jours à venir, cela peut encore faire mal, mais au fil du temps, cela fera moins mal. Tout ce que votre parent était, tout l'amour que vous avez partagé et la relation que vous avez eue ne mourront pas. Cette profondeur d'amour, cette profondeur de compassion, est éternelle. Nous ne pouvons jamais remplacer nos parents, mais nous pouvons renforcer nos liens familiaux à mesure que nous trouvons une signification nouvelle et plus profonde dans nos relations existantes. Nous recommençons à vivre, mais nous ne pouvons pas le faire avant d'avoir donné du temps au chagrin.

À propos de l'auteur

David Kessler est l'un des experts à propos du deuil et du chagrin le plus connu de nos jours, rejoignant plusieurs personnes à travers ses livres, incluant « On Grief and Grieving: Finding the Meaning of Grief through the Five Stages of Loss, », coécrit avec la légendaire Elisabeth Kübler -Ross. Ils ont également coécrit « Life Lessons: Two Experts on Death and Dying Teach us about the Mysteries of Life and Living. » Son premier livre, « The Needs of the Dying: A Guide for Bringing Hope, Comfort and Love to Life’s Final Chapter », a reçu des louanges par Mère Teresa.

Son travail a été publié dans le LA Times, le NY Times et a été présenté sur CNN, NBC, MSNBC, PBS, « Entertainment Tonight » et « Oprah's Friends ». Il a écrit pour le Boston Globe, le LA Times et le SF Chronicle.