Comment s’aider lors du décès d’un conjoint  

Par Ken Doka, Ph. D.


Tout comme chaque mariage et chaque relation sont différents, vous êtes susceptible de vivre vos propres réactions et d'expériences uniques quand un conjoint ou un partenaire de vie décède. Souvent, le décès d'une femme ou d'un mari change radicalement le monde comme vous avez appris à le comprendre. Comme l'a fait remarquer l'écrivain, Thomas Attig, il faut « réapprendre votre monde ». Tout change, dormir, cuisiner, manger, même regarder la télévision, est très différents lorsque le conjoint meurt. Les activités ou les corvées, autrefois partagées, doivent maintenant être faites seules. Les événements que vous et votre partenaire attendiez, les collations de grades, la naissance des petits-enfants et d'autres occasions spéciales, doivent maintenant être vécus par vous-même. Le monde devient un endroit différent et plus solitaire.

Cet article peut aider. Bien que cela ne puisse pas changer la réalité de ce à quoi vous pouvez être confronté, j'espère que cela vous permettra de comprendre les réactions que vous éprouvez et vous conseillera sur la façon dont vous pourriez faire face aux réactions inévitables et aux changements qui surviennent. En comprenant votre chagrin, il peut être moins effrayant.

À quoi s'attendre quand vous êtes en deuil de votre conjoint

Le deuil est la réponse naturelle et normale à la perte. Le deuil est souvent considéré comme des émotions, la solitude ou la tristesse. En fait, le deuil est beaucoup plus complexe. Le deuil vous affectera sous tous les aspects : physique, émotionnel, cognitif, social et spirituel. Il influence la façon dont vous réfléchissez ainsi que votre comportement.

Le deuil peut vous faire vous sentir mal. Vous pouvez éprouver une gamme de maux et de douleurs — maux de tête, maux de dos, douleurs musculaires, difficultés digestives ou épuisement. Bien que les réactions physiques au deuil soient habituelles, il est essentiel de surveiller attentivement votre santé pendant la période qui suit le décès de votre conjoint.

Comment le décès dérange-t-il votre propre style de vie et vos habitudes?

  • Mangez-vous et dormez-vous bien?
  • Faites-vous suffisamment d'exercice?
  • Prenez-vous vos médicaments prescrits de la bonne façon?
  • Utilisez-vous trop de médicaments sur ordonnance ou de médicaments en vente libre?
  • L'alcool est-il devenu un moyen de faire face à la perte?
  • Faites-vous des choses pour réduire le stress? Pour certains, cela pourrait être :
    • Écouter de la musique
    • Faire de l'exercice
    • D'autres activités plaisantes.

C'est un moment stressant et vous êtes vulnérable. Dans les moments de tension, une bonne hygiène personnelle est essentielle.

Si les réactions physiques problématiques persistent, consultez un médecin. Il est important d'informer le médecin de votre deuil récent.


Naturellement, les émotions font aussi partie du deuil.

Vous pouvez éprouver des sentiments lorsque vous faites face au deuil de votre conjoint. Certains sont clairement attendus. Il est facile de comprendre la solitude, l'ennui et la tristesse.

Colère

D'autres sentiments peuvent être surprenants. Vous n'êtes peut-être pas préparé à la colère que vous pourriez ressentir — choqué que votre mèche semble si courte. La colère est une réponse naturelle au deuil, un sentiment qui se manifeste lorsque quelqu'un d'aussi important disparaît de votre vie. Vous pourriez diriger cette colère envers :

  • Ceux que vous jugez responsables ou qui ne vous soutiennent pas.
  • Ceux proches de vous.
  • La personne décédée.
  • Dieu pour avoir permis ce deuil.

Alors que la colère est une réaction normale lorsque vous êtes en deuil, cela peut être problématique si elle devient blâmable ou chasse les autres et vous prive ainsi de soutien — vous séparant de ceux dont vous avez le plus besoin dans votre parcours de deuil.

Culpabilité

Parfois, la colère peut être dirigée vers l'intérieur, contre vous-même. La culpabilité est aussi une réponse commune au deuil.

  • Vous pourriez vous sentir coupable d'avoir eu un certain un rôle dans le décès. « J'aurais dû l'emmener chez le médecin plus tôt, lui faire perdre du poids ou arrêter de fumer. »
  • À d'autres moments, vous pourriez croire que vous auriez pu faire plus dans la relation.
  • Certains pour ressentir de la « culpabilité du survivant », celle d'être toujours en vie.
  • Vous pourriez même ressentir une « culpabilité morale », un sentiment que ce décès soit une forme de punition cosmique pour quelque chose que vous avez fait ou n'avez pas fait.
  • Vous pouvez même vous sentir coupable, pensant que vous faites trop mal ou trop bien votre deuil.

Vous ne pouvez pas contrôler ces sentiments. La culpabilité n'a pas besoin d'avoir une base rationnelle pour être vécue comme réelle, mais parfois il est utile de sortir de soi-même pour se demander si les autres vous verront comme coupables.

Jalousie, anxiété et peur

Vous pouvez vous sentir jaloux des autres adultes qui ont encore leur conjoint. La jalousie peut non seulement surprendre, mais elle peut aussi déranger. À d'autres moments, vous pouvez être saisi par une grande anxiété et une grande peur, vous demandant comment vous allez survivre seul.

Plus de sentiments positifs

Certains sentiments peuvent être de nature plus positive. Il peut y avoir un sentiment de soulagement que la souffrance de votre conjoint est maintenant terminée ou même que vos propres responsabilités de prendre soin sont maintenant terminées. Vous pouvez ressentir une nouvelle appréciation du rôle que cette personne a joué dans votre vie. Ces émotions sont aussi normales, le résultat naturel de la vie que vous avez eu ensemble.

Il n'est pas inhabituel d'éprouver ces nombreuses émotions, même contradictoires, lorsque vous êtes en deuil. Mais ces sentiments et émotions constituent seulement une partie de l'expérience du deuil.

Le deuil influence aussi votre façon de penser.

Vous pourriez avoir de la difficulté à vous concentrer. Vous pouvez sembler distrait — descendre l'escalier, par exemple, seulement pour oublier votre raison d'y aller quand vous arrivez. Vous pouvez constamment penser à votre deuil, ressasser des détails douloureux dans votre tête.

Il n'est pas non plus inhabituel d'avoir des expériences qui évoquent votre conjoint. Les rêves, par exemple, ne sont pas inhabituels. Vous pouvez même entendre une voix ou un son qui vous rappelle votre conjoint.

Vos comportements pourraient aussi être différents.

  • Vous pourriez vous sentir moins patient ou plus enclin à la colère.
  • Vous pourriez être plus léthargique ou apathique.
  • Vous pourriez même vous retirer, cherchant beaucoup de temps à passer seul, comportement qui n'était pas typique de vous avant le décès.
  • Vous pourriez avoir besoin de temps pour pleurer ou vous étonner que les larmes ne semblent pas venir.
  • Vous pourriez constamment chercher à être actif et la compagnie des autres comme un moyen de vous distraire de votre chagrin.
  • Certains pourraient éviter tous les rappels du conjoint décédé. Il peut être trop pénible de voir des photos ou d'écouter des chansons qui vous rappellent la personne.
  • D'autres peuvent rechercher ces rappels et trouver les souvenirs qu'ils évoquent réconfortants.

Souvent le deuil peut influencer votre spiritualité.

Certains peuvent trouver beaucoup de force dans leurs croyances. Elles vous soutiennent dans votre lutte contre votre chagrin et dans votre deuil. Vous pourriez trouver que votre spiritualité est plus profonde, assister à la messe, prier ou lire les Écritures saintes plus souvent que par le passé.

D'autres pourraient sentir que leur spiritualité est menacée. Vous pourriez lutter avec votre colère contre Dieu et avoir des doutes à propos de vos croyances antérieures. Vous pouvez être confus au sujet de pourquoi la personne a souffert ainsi et pourquoi vous semblez aussi souffrir tellement. Vous pourriez trouver difficile de connecter avec vos croyances antérieures et obtenir peu de confort de votre foi en ce moment.

Votre deuil est unique à vous.

Ce sont tous des moyens de cheminer dans le deuil. Il est important de se rappeler qu'il n'y a pas de façon unique et juste d'éprouver du chagrin. Votre expérience du deuil est ce qu'elle est. Elle vient de ce que vous êtes.

Vous ne pouvez pas comparer vos pertes, vos réactions ou vos réponses aux autres.

Les expériences différentes de deuil ont peu à voir avec combien vous aimez ou avez pris soin de votre conjoint. Tout le monde est différent et chaque relation l'est aussi, il est donc logique que les expériences de deuil soient différentes aussi. Certains, par exemple, vivront leur deuil comme des couleurs vives. Leurs émotions et autres actions seront évidentes, très visibles pour les gens. Chez d'autres, l'expérience du deuil sera plus assourdie, plus dans les tons subtils de pastel et un observateur même attentif peut ne jamais voir le deuil que vous vivez.

Il est important de se rappeler à quel point l'expérience du deuil est individuelle.

Souvent lorsque vous vivez un deuil, vous entendrez des gens bien intentionnés vous dire comment vous êtes censé vous sentir ou comment vous devriez réagir. Pourtant, il n'existe pas qu'un seul moyen de vivre un deuil, de styles de réponse prévisible ni d'étapes prédéfinies. Votre chemin à travers le deuil sera aussi distinct et unique que vous l'êtes.

L'expérience du deuil est si personnelle et si distincte, car chaque perte est si unique.

  • Certains ont vécu un deuil soudain, peut-être en raison d'une crise cardiaque, d'un accident vasculaire cérébral, d'un accident ou d'un autre événement externe.
  • D'autres personnes peuvent connaître un lent déclin, en voyant votre conjoint disparaître alors que vous prenez soin de cette personne.
  • Certains peuvent être veufs tôt dans leur vie, faisant face seuls à des responsabilités comme l'éducation des enfants

Jeunes veufs et veuves

Les jeunes veuves et veufs peuvent faire face à de nombreuses complications différentes. La perte peut briser votre monde, on considère rarement la possibilité d'être veuf à un jeune âge. En outre, votre monde social est grandement perturbé. Vous êtes maintenant seul dans un monde plein de paires. Pourtant, vous pourriez être en mesure de tirer parti de certaines forces qui sont maintenant disponibles. Votre santé est susceptible d'être bonne et votre réseau de soutien est susceptible d'être intact.

Veufs et veuves plus âgés

Les veuves plus âgées peuvent faire face à d'autres difficultés. Vous pouvez constater que vous gérez des pertes multiples, car ceux qui vous soutenaient luttent maintenant pour leur propre santé. Vous pouvez également faire face à la mort d'un conjoint à un moment où vous avez affaire à vos propres problèmes de santé. Il peut être plus difficile de vivre seule maintenant que votre conjoint n'est plus là. Pourtant, les veuves plus âgées peuvent tirer profit de leurs propres forces. Les pertes plus tôt dans votre propre vie peuvent vous aider à mieux savoir à quoi vous attendre pendant votre parcours de deuil. En outre, plusieurs de vos amis peuvent partager des expériences similaires.

Les veufs plus âgés peuvent éprouver leurs propres problèmes uniques. Vous pouvez vous sentir plus isolé, surtout si votre conjointe organisait les activités sociales. Encore une fois, en fonction des rôles que vous et votre conjointe avez joués, il peut être plus difficile d'effectuer les tâches régulières en vivant seul.

Jamais formellement marié

D'autres peuvent avoir perdu des partenaires ou des amants qu'ils n'ont jamais formellement mariés. Dans cette situation, il est facile que votre chagrin soit privé de ses droits, c'est-à-dire que les autres ne réalisent pas l'intensité de la relation ou le sérieux de l'engagement. Il peut sembler que les autres ne soutiennent pas votre chagrin et vous sentez que vous vivez seul votre deuil et qu'il n'est pas reconnu.

Il pourrait aussi y avoir d'autres facteurs. Chaque relation est différente. Des situations et des circonstances différentes ne rendent pas un deuil plus facile ou plus difficile. Elles le rendent différent. Et vous êtes aussi différent. Vous avez votre propre culture, votre propre spiritualité, votre propre personnalité et votre propre situation sociale. Tous ces facteurs rendent votre deuil unique.

Les montagnes russes du deuil

L'expérience du deuil peut souvent être décrite comme des montagnes russes, plein de hauts et de bas. Certains jours, vous pourriez sentir que vous allez bien, pour plonger dans un profond sentiment de chagrin par après. Certaines de ces périodes difficiles sont prévisibles, vous pouvez vous attendre à ce que le temps des Fêtes, les anniversaires et des fêtes soient difficiles. D'autres peuvent vous prendre par surprise.

Deuil et triomphe

Margaret Stroebe et Hans Schut, deux chercheurs des Pays-Bas, décrivent le deuil comme un « double processus », pleurer une perte alors même que vous vous adaptez à une nouvelle vie. Par exemple, alors que vous souffrez de la solitude de la vie sans votre conjoint, vous pouvez aussi triompher dans l'accomplissement d'un objectif à long terme. Quand vous pleurez, vous balancez entre ces deux exigences du passé et du présent, de la perte et du renouveau.

Il n'y a pas de calendrier pour le deuil.

Rappelez-vous que la construction d'une relation avec votre conjoint a pris des années. Il peut avoir commencé comme une rencontre amicale, s'être développé avec une cour romantique et il a ensuite continué à changer et à se développer dans les années de mariage. Le deuil de la perte de cette relation prend également du temps.

Il n'est pas vrai de dire que le deuil de chacun durera pour un an ou même deux. Pour plusieurs, au fil du temps, les montagnes russes commencent à ralentir, les mauvais jours sont moins fréquents, moins intenses et n'ont pas tendance à durer aussi longtemps. Au fur et à mesure que la douleur diminue, vous pourriez constater que votre énergie et vos capacités précédentes semblent revenir. Le deuil devient moins handicapant. Cependant, même au fil du temps, vous pouvez éprouver des poussées de chagrin en particulier à des moments comme le temps des Fêtes ou aux anniversaires ou à des événements dans lesquels l'absence de votre conjoint est profondément ressentie.

Cheminer avec le deuil

Le pouvoir d'un rituel

Tandis que vous commencez votre parcours de deuil, rappelez-vous le pouvoir d'un rituel.

Les funérailles ou le service commémoratif de votre conjoint

Les funérailles peuvent être thérapeutiques pour plusieurs raisons. Elles sont des « rites de passage », une façon digne qu'ont les gens de passer du monde lié au décès pour rejoindre le monde des vivants. Cependant, les funérailles sont plus que cela, elles jouent de nombreux rôles pour les survivants.

  • Elles fournissent un sens de structure et de soutien dans une période très stressante.
  • Les funérailles offrent un lieu sûr pour l'expression physique et émotionnelle du chagrin, parce que le rituel contient ce chagrin et guide son expression.
  • Elles offrent une chance à la famille, aux amis et à la communauté en général de se rassembler pour offrir leur soutien.
  • Les rituels funéraires provoquent des souvenirs qui vous aident à trouver un sens à la vie de la personne dont les personnes en deuil se souviennent.
  • Les funérailles vous permettent de puiser dans vos propres croyances spirituelles pour trouver du réconfort même en cette période difficile.

Lors des funérailles, il y a peut-être des choses que vous pouvez faire qui peuvent vous aider dans votre parcours de deuil. Les rituels funéraires sont particulièrement thérapeutiques lorsqu'ils sont personnels et les changements dans l'industrie funéraire ont rendu possible la personnalisation du service pour honorer véritablement votre conjoint. Votre directeur de funérailles et un membre du clergé peuvent vous aider à rendre les funérailles plus significatives.

  1. Parlez avec votre directeur de funérailles des moyens d'intégrer vos photos de famille et les objets, équipes ou passe-temps préférés de votre conjoint. Cela peut être très efficace pour évoquer des souvenirs. Il peut être particulièrement important après une longue maladie de se souvenir des images de la personne et des activités partagées avant les effets dévastateurs de la maladie.
  2. Parlez avec un membre du clergé. Naturellement, les membres du clergé et les communautés religieuses peuvent différer quant aux possibilités de participation et à ce qu'ils permettent dans le service funéraire.
    1. Existe-t-il des lectures, des poèmes, de la musique ou des hymnes qui ont une signification particulière?
    2. Existe-t-il une opportunité pour les autres de participer aux lectures ou à la musique?
    3. Y a-t-il d'autres rôles que la famille et les amis peuvent jouer, peut-être en tant que porteurs ou huissiers?
    4. Existe-t-il une possibilité de faire un témoignage, un membre de la famille ou un ami peut-il dire quelques mots au sujet de la personne décédée?

Au-delà des funérailles

Même au-delà des funérailles, il peut y avoir des occasions pour des rituels qui commémorent la vie de votre conjoint.

  • À l'occasion de la fête des Pères, par exemple, vous pouvez déposer des fleurs sur la sépulture de votre mari.
  • Vous pouvez aussi faire un service commémoratif ou faire dire une messe à l'occasion de l'anniversaire du décès ou peut-être prendre quelques instants pendant le temps des Fêtes pour créer un petit rituel de commémoration. Par exemple, accrocher un ornement commémoratif dans l'arbre chaque Noël.

Des rituels comme ceux-ci peuvent offrir un message important à vos enfants, aux membres de votre famille et à vos amis, qu'il est important de se souvenir et qu'il est acceptable de parler de votre conjoint pendant la période des fêtes. Ils valident également le chagrin qui pourrait être intense pendant cette période. En bref, les rituels funéraires et autres rituels peuvent devenir de puissants assistants dans votre parcours de deuil.

Les tâches du deuil

Alors que l'expérience de deuil est différente pour tout le monde, le Dr J. William Worden, un thérapeute du deuil, parle des tâches ou des problèmes communs que les personnes doivent affronter dans la gestion de leur deuil. Le mot « tâches » est intéressant. Tout comme avec n'importe quelles tâches, certaines personnes trouvent certaines tâches plus faciles à réaliser que d'autres. Chaque personne fait ses tâches à sa manière et il en sera ainsi pour les tâches de deuil.

Entreprendre n'importe quelle tâche peut être difficile et exténuant. Le deuil n'est pas différent. Tout comme vous avez besoin de vacances au travail, vous avez besoin de répit dans les tâches de deuil. Vous n'avez pas à vous sentir coupable s'il y a des moments où vous trouvez du plaisir dans une activité ou si vous semblez avoir oublié votre deuil. Ces moments où vous êtes un peu éloigné du chagrin sont à la fois nécessaires et naturels. Ils font partie du cycle, les montagnes russes des hauts et des bas qui font tellement partie du deuil.

Reconnaître la réalité du décès de votre mari ou de votre femme

Lorsque votre mari ou votre femme décède, cela peut sembler être un mauvais rêve. Vous ne pouvez pas souhaiter ou sembler le croire.

  • Une partie de vous peut penser que la personne est au travail, en voyage ou peut-être en train de magasiner.
  • Chaque fois que le téléphone sonne ou que vous entendez des pas, vous pouvez penser ou souhaiter que ce soit cette personne.
  • Vous pouvez même constater que lorsque vous regardez la télévision, vous vous tournez vers l'endroit où votre conjoint serait assis, prêt à commenter.
  • Vos routines peuvent impliquer d'être avec la personne, de le déposer quelque part ou d'aller la chercher.
  • Même lorsque vous faites l'épicerie, vous pouvez avoir à l'esprit ce que cette personne aime et ce que vous devriez acheter pour elle.

En bref, lorsque votre conjoint décède, tous les aspects de notre vie semblent maintenant différents.

Du choc à la réalité

Au début, le choc du décès peut vous isoler de la nouvelle réalité de ce qui s'est passé et se passe encore. Mais lentement, cette réalité commence à émerger, érodant ce choc et ce déni initial. Le rituel funéraire lui-même est un rappel, une réaffirmation de votre deuil, tout comme les cartes de sympathie et les appels de condoléances. Ce même rituel peut aussi vous aider lorsque vous parlez de votre deuil et de votre chagrin avec les autres.

La majorité des gens, au fil du temps, reconnaissent le décès. Graduellement, vous ne vous attendrez plus à ce que votre conjoint revienne. La réalité du deuil s'infiltre lentement dans votre conscience. Peu à peu, vos comportements s'adaptent à la nouvelle réalité. Vous ne regardez plus de la télévision vers un endroit vide. À l'épicerie, votre main ne cherche plus à atteindre l'article autrefois demandé.

Explorez et exprimez vos émotions

Comme indiqué précédemment, le deuil est souvent un moment où vous pouvez vivre beaucoup d'émotions difficiles et compliquées. Au fur et à mesure que le choc se résorbe, vous pouvez éprouver de nombreuses émotions distinctes telles que la solitude, la tristesse, le désir, la culpabilité ou la colère. En fait, comme nous l'avons déjà mentionné, il y a peu d'émotions dont vous ne ferez peut-être pas l'expérience dans le deuil.

La première étape dans la gestion de vos sentiments est de les reconnaître.

Ils sont une partie naturelle du processus de deuil. Vous n'avez vraiment aucun contrôle sur l'expérience de ces sentiments. La première étape dans la gestion de vos sentiments est de les reconnaître.

Explorer vos sentiments.

Souvent, vous trouverez utile d'examiner vos émotions.

  • Quels sont les circonstances et les moments qui ont déclenché ces émotions?
  • Comment gérez-vous ces sentiments?

Parfois, vous pouvez découvrir que vous vous tenez pour responsable de choses ou d'événements que vous ne pouviez tout simplement pas contrôler. Parfois, lorsque vous examinez vraiment les émotions difficiles, elles disparaissent comme de la brume.

Explorer la culpabilité

C'est souvent le cas avec la culpabilité. En explorant vos sentiments de culpabilité, vous pouvez reconnaître que vous n'êtes pas et ne pouvez pas être responsable. Par exemple, si votre femme est décédée d'un cancer du poumon, vous pourriez vous sentir coupable en pensant « J'aurais dû la faire arrêter de fumer. » Mais, après examen, vous vous souvenez des nombreuses façons dont vous avez cherché à l'aider à briser sa dépendance, en réalisant que fumer était son choix.

La vérité est que vous ne pouvez pas voir toutes les conséquences possibles, contrôler toutes les actions ou maintenir des relations parfaites. Alors que vous luttez avec vos émotions, puisez dans vos propres forces spirituelles. Apprenez à vous pardonner.

Gérer les réactions du deuil

Même si vous ne pouvez pas contrôler ce que vous ressentez, vous pouvez contrôler la façon dont vous réagissez à vos réactions de deuil. Il existe des façons constructives et destructives de gérer ses émotions. Pensez, par exemple, à la colère.

Les façons constructives de gérer la colère peuvent inclure :

  • Faire de l'exercice
  • Frapper un oreiller.
  • Crier après une chaise vide.
  • Fantasmer.
  • Diriger votre colère pour adopter un changement.

Mais il existe aussi des façons destructrices de gérer la colère qui devraient être évitées ou minimisées :

  • Vous en prendre à ceux qui vous entourent.
  • Chasser les autres, limitant votre soutien.

Tandis que vous explorez vos émotions, deux thèmes troublants peuvent émerger.

  1. L'ambivalence.

Vous pouvez vous trouver affligé par des conflits antérieurs, blessé par des remarques méchantes, troublé par des souvenirs désagréables ou même regretter des occasions manquées. Il est naturel que parfois vous ayez des émotions ou des sentiments contradictoires envers ceux de qui vous êtes le plus proche. En examinant ce qui vous manque ou non à propos de votre conjoint, les qualités que vous aimez et que vous n'aimez pas peuvent vous aider à vous réconcilier avec cette ambivalence naturelle.

2. Affaires inachevées.

Vous pourriez regretter quelque chose que vous avez fait ou dit ou quelque chose que vous n'avez pas dit ou n'avez pas fait. Une fois que vous reconnaissez l'affaire inachevée, vous pouvez trouver un moyen de compléter cet acte inachevé. Certains peuvent partager un dernier commentaire avec une chaise vide ou une sépulture, d'autres peuvent écrire une note dans un journal ou une lettre à leur conjoint décédé, ou accomplir un petit rituel.

Préparez-vous pour les périodes émotionnellement difficiles attendues

Sans aucun doute, les sentiments peuvent émerger à des moments inattendus. Certains jours, comme les vacances, les anniversaires et les occasions spéciales comme l'anniversaire du décès, sont généralement difficiles. Vous n'avez pas à dériver, inconscients dans ces moments émotionnellement difficiles. Soyez préparé. Pensez à l'endroit où vous aimeriez être, à ce que vous souhaiteriez faire et avec qui vous souhaiteriez être en ces journées difficiles.

Demander de l’aide

Parfois, vous pouvez peut-être faire cette exploration par vous-même. Prendre le temps de travailler à analyser vos sentiments ou écrire dans votre journal à leur sujet peut être utile. D'autres fois, il peut être utile d'examiner vos émotions avec un ami proche ou un confident, dans un groupe de soutien ou peut-être avec un conseiller ou un membre de votre clergé.

S'ajuster à la nouvelle réalité de la vie sans votre conjoint

Lorsque votre conjoint décède, votre monde change radicalement. Ces changements sont profonds et la toile dans laquelle vous avez tissé votre vie peut sembler différente.

  • Tout semble changer dans son sillage.
  • Chaque jour, les différences peuvent résonner.
  • Vos conditions de vie ou vos finances peuvent devoir être modifiées.
  • Les relations avec les enfants ou autres parents, en particulier les beaux-parents et même les amis, peuvent changer.
  • Vous aurez maintenant peut-être besoin de prendre de nouvelles responsabilités et de développer de nouvelles habiletés. Par exemple, votre conjoint peut avoir géré toutes vos finances et maintenant vous devez en assumer la responsabilité.
  • D'autres changements peuvent être plus subtils. Manger un repas ou regarder la télévision ne semble plus être la même chose.

Pertes secondaires et gains secondaires

Le décès d'un conjoint apporte son lot de « pertes secondaires » ou autres choses qui doivent maintenant changer après le décès de quelqu'un d'important. Il pourrait y avoir aussi des « gains secondaires ». Peut-être même que les crises de maladie ont renforcé les liens avec les enfants ou les amis. Le décès d'un partenaire peut avoir changé votre situation financière, vous laissant avec une prime d'assurance ou un héritage. Même les changements positifs sont des changements. Vous devrez vous ajuster à eux.

Nommer les changements

L'une des tâches essentielles du deuil consiste donc à s'adapter à une vie sans votre conjoint, une vie qui a maintenant changé. Nommer ces changements aide. Cela accomplit deux choses.

  1. Cela valide, vous rappelant les nombreuses façons dont la vie a changé.
  2. Cela vous permet de résoudre des problèmes, de déterminer ce que vous pouvez contrôler et les changements que vous devrez simplement accepter.

Par exemple, dans plusieurs cas, le décès d'un conjoint peut avoir un impact négatif sur vos amitiés. Vos amis cessent de vous appeler, peut-être parce qu'ils sont incertains de savoir quoi dire, assurez-vous de parler avec eux de vos inquiétudes. Qu'ils entendent vos préoccupations et travaillent à traverser leur propre inconfort, qu'ils retrouvent leur chemin dans votre vie ou non, vous avez acquis un certain sentiment de contrôle.

Vous avez peut-être besoin de faire un inventaire.

  • Qu'est-ce qui a changé dans votre vie?
  • Lesquels de ces changements vous causent le plus de difficultés?
  • Que pouvez-vous faire à ce propos?

Ces questions vous permettent d'évaluer les situations, les moments et les événements qui sont les plus difficiles pour vous. C'est seulement alors que vous pourrez décider comment vous adapter à ces changements de la façon qui vous convient le mieux. Peut-être que vous et votre conjoint aviez réservé une soirée par semaine pour passer du « temps ensemble ». Vous devrez peut-être maintenant remplir cette soirée avec des activités pour atténuer la douleur de votre deuil.

Évaluer vos propres forces et faiblesses.

  • Vous êtes-vous adapté au changement et au deuil dans le passé?
  • Qu'est-ce que vous avez bien fait?
  • Quelles sont les stratégies de gestion problématiques que vous avez utilisées dans le passé et que vous pourriez vouloir éviter?
  • Sur qui pouvez-vous compter pour de l'aide?

Prenez soin de vous.

Finalement, reconnaissez que ces changements ajoutent du stress à votre vie. Prendre soin de soi, avoir suffisamment de nourriture nutritive, dormir suffisamment et faire assez d'exercice et faire tout ce que vous pouvez pour gérer le stress, vous prépare à faire face plus efficacement à un monde qui a maintenant changé.

Ne changez pas trop rapidement.

Puisque vous êtes en grande période de stress lorsque votre conjoint décède, gérez ces changements. La première chose est d'éviter de trop changer, trop vite.

  • Dans la période qui suit immédiatement un décès majeur, vous ne pensez peut-être pas clairement.
  • Et puis, un changement trop rapide peut ajouter plus de stress à un moment déjà stressant.
  • De plus, un changement radical tel que quitter son travail ou déménager peut retirer des sources importantes de soutien lorsque vous en avez le plus besoin.

Cela est vrai même lorsque vous décidez quoi faire avec les objets personnels de votre conjoint. Certains peuvent vous donner le conseil bien intentionné de simplement tout donner. Ils peuvent même offrir de vous aider. Cela fait partie de l'individualité du deuil.

  • Certains peuvent trouver trop difficile d'avoir ces biens proches.
  • D'autres peuvent y trouver du réconfort.
  • Certains peuvent vouloir conserver des objets qui ont une signification particulière.
  • D'autres, avec soin, décideront à qui ces héritages devraient revenir.

Le point est de décider quoi faire avec ces objets lorsque vous êtes prêt et de votre façon.

Certains changements sont inévitables ou l'emportent sur les inconvénients.

Il n'est pas étonnant que de nombreux thérapeutes conseillent d'essayer, dans la mesure du possible, d'éviter des changements importants de six mois à un an après un deuil majeur. Par contre, certains changements sont, après tout, inévitables. Par exemple, vous avez peut-être besoin de trouver un emploi à temps plein après le décès de votre conjoint.

D'autres fois, les avantages d'un changement peuvent dépasser les désavantages. Par exemple, un déménagement peut vous rapprocher de vos sources de soutien plutôt que de vous en éloigner.

Parfois, il existe des solutions partielles ou temporaires qui peuvent vous permettre d'avoir le temps de réfléchir. Par exemple, si vous êtes maintenant malheureux au travail, au lieu de prendre votre retraite ou de démissionner, considérez prendre un congé sabbatique, vous donnant du temps de prendre une bonne décision.

Vous souvenir de votre conjoint

La fin du deuil n'est pas la fin des souvenirs. Les mots comme la « conclusion » ont en réalité peu de signification dans le deuil. Même dans la mort, vous continuez à développer une relation avec votre conjoint. Ce lien se poursuit de bien des façons — dans les souvenirs, dans les héritages qui restent, dans les connexions spirituelles et les expériences que vous avez.

Les souvenirs sont naturels, même inévitables. Pensez à combien de fois un endroit, un goût ou une odeur évoquera un souvenir oublié depuis longtemps. Vous ne pouvez pas plus contrôler ce dont vous vous souvenez que ce que vous ressentez. En fait, au fur et à mesure que la douleur diminue, vos souvenirs deviennent plus vifs. L'un des premiers signes que vous vous portez bien, c'est que maintenant vous pouvez vous souvenir et rire des histoires qui étaient trop douloureuses pour vous en souvenir auparavant.

Souvent, les souvenirs sont aussi réconfortants. Ils nous rappellent la personne décédée, la rapprochant même fugitivement. Ils vous connectent aussi avec les autres survivants. Partager des souvenirs de votre conjoint avec vos enfants, par exemple, peut leur permettre de voir d'autres côtés de la personne et les encourager à partager leurs propres histoires. Même les histoires drôles ou cocasses ont un rôle à jouer. Elles vous donnent un répit de votre deuil. De plus, elles vous rappellent les joies d'une relation. Ils sont les feux du foyer qui réchauffent le froid du deuil.

Souvenirs douloureux

Cependant, les souvenirs peuvent être une épée à double tranchant. Certains souvenirs peuvent être douloureux, nous rappelant des moments difficiles et troublants ou des relations difficiles. De même, nous pouvons être obsédés par certains souvenirs, revoir à maintes reprises la maladie, la mort ou même des actions ou des mots que nous avons regrettés ou d'autres actions que nous aurions souhaité avoir faites ou des mots que nous aurions souhaité avoir prononcés. Oui, ces souvenirs douloureux doivent aussi être gérés. Ce n'est que lorsque nous les explorerons complètement que nous pourrons vraiment les comprendre et trouver des moyens de libérer ces souvenirs problématiques.

Un lien continu avec votre mari ou votre femme

Il existe d'autres façons de maintenir votre lien avec votre conjoint décédé. Il peut y avoir des héritages. Vous voudrez peut-être garder un souvenir de quelque chose qui était important pour eux, une liste, une note d'amour, etc.

Les expériences que vous pouvez avoir telles que les rêves, ou ressentir la présence de quelqu'un, ainsi que vos croyances spirituelles sont d'autres façons de garder ce lien continu avec la personne qui est décédée.

Il peut y avoir des façons spéciales que vous souhaitez utiliser pour évoquer des souvenirs. Visiter le cimetière, participer à des rituels familiaux privés et à des cérémonies commémoratives ou offrir une contribution à la mémoire de la personne est autant de façons de maintenir ce lien.

Reconstruire sa foi

Parfois, un deuil ébranle vos suppositions sur le monde ou vos croyances - même si elles sont profondément ancrées. D'autres pourraient les solidifier.

Lorsque vos croyances sont brisées

Vous pouvez avoir du mal à croire qu'il y a un sens à l'univers ou un but dans la vie. Les circonstances du décès ou l'ampleur de la souffrance peuvent rendre difficile la croyance en un Dieu bienveillant. Vous pourriez vous sentir seul et abandonné. Votre foi peut sembler vous offrir peu de réconfort.

Partagez vos luttes

Une des tâches du deuil est donc de reconstruire votre foi et votre philosophie mises au défi par le deuil. Une des plus grandes erreurs que vous pourriez faire durant cette période est de vous isoler de vos croyances. À la place, vous avez besoin de partager vos luttes avec votre communauté religieuse.

C'est le moment d'identifier ceux qui, au sein de vos communautés de foi, peuvent cheminer avec vous, ceux qui sont à l'aise pour entendre vos conflits et partager les leurs. Parfois, vous devrez peut-être chercher pour trouver ces personnes. Si votre propre ministre du culte ne semble pas partager votre douleur ou ne veut pas discuter de vos problèmes avec doute ou incrédulité, vous pourriez peut-être essayer de parler au ministre du culte d'un membre de votre famille.

Disciplines spirituelles

Conservez votre propre discipline spirituelle, peu importe ce qu'elle est. Prière, méditation, rituel et lectures sont toutes des façons de connecter avec les traditions de votre foi. Chaque tradition spirituelle et chaque philosophie a fait face au deuil et au chagrin. Chacune a des écritures qui parlent de cette rencontre.

Explorez les luttes d'autrui

Finalement, vous pourriez trouver utile de lire à propos des luttes spirituelles d'autrui. « Où est Dieu quand vous avez vraiment besoin de lui, une porte vous a claqué au visage? » Ces mots découragés ont été écrits par nul autre que l'auteur C.S. Lewis. Lewis a écrit à propos de ses luttes de foi après la mort de sa femme dans « A Grief Observed ». Lewis lui-même était un homme profondément religieux. Une grande partie de ses écrits reflète sa foi indéfectible. Pourtant, quand sa femme bien-aimée était mourante, même Lewis se sentait abandonné.

Ses écrits rappellent non seulement que de tels moments sont des vallées naturelles et normales dans le cheminement de la foi et du deuil, mais qu'ils offrent aussi une introspection et des suggestions sur la meilleure façon de faire face. Et ils offrent de l'espoir. C.S. Lewis, après quelque temps, son esprit maintenant rétabli, a été en mesure d'admettre que son propre besoin frénétique avait fermé la porte.

Pouvez-vous trop bien faire?

Parfois, vous pouvez vous demander si vous vous en sortez trop bien après un deuil. Certaines personnes sont très résistantes après un décès, même le décès d'un conjoint. De telles personnes ont relativement peu de manifestations de deuil et une capacité à bien fonctionner même après un décès.

Les personnes résilientes dans le deuil partagent souvent certaines caractéristiques.

  • Les personnes résilientes dans le deuil avaient moins de pertes au moment du décès de leur conjoint, c'est-à-dire que les décès ne s'empilaient pas les uns sur les autres.
  • Ces personnes résilientes ont rapporté peu de problèmes psychologiques ou de facteurs de stress et bénéficiaient d'un bon soutien social.
  • Elles avaient une forte spiritualité intrinsèque qui offrait réconfort et soutien.
  • Elles avaient tendance à avoir le temps de se préparer à la mort et avaient l'occasion de dire « au revoir ».
  • Les décès subits n'étaient pas perçus comme « évitables », c'est-à-dire qu'elles voyaient peu de choses qu'ils auraient pu faire pour prévenir le décès.
  • Les personnes résilientes dans le deuil avaient aussi tendance à avoir un état d'esprit optimiste, croyant que quelque chose de bien pouvait ressortir même des pires événements.

La conclusion à tirer ici est que vous ne devez pas vous inquiéter si vous faites mieux que vous pensez que vous devriez faire. Vous pouvez être réconforté par les façons positives dont vous faites face aux décès. Votre conduite ne fait que réaffirmer que le deuil touche chaque personne différemment.

Le deuil et les autres

Lorsque vous gérez votre propre deuil, gardez à l'esprit que les autres autour de vous, comme vos enfants, pleurent aussi. Rappelez-vous que même si vous vous souciez d'eux, il est essentiel de prendre soin de vous. En fait, votre capacité à gérer votre deuil jouera un rôle important dans la façon dont vos enfants, surtout les plus jeunes, s'adapteront au décès. Rappelez-vous, aussi, que tout le monde vit son deuil de sa façon individuelle.

De nouvelles relations

Avec le temps, vous pourrez être ouvert à développer de nouvelles relations. Dans l'immédiat après un décès, vous pouvez être particulièrement démunie et vulnérable, il est donc essentiel d'être prudent. Rappelez-vous aussi que vos enfants peuvent se trouver à des endroits différents de leur propre deuil, alors introduisez progressivement et de façon rassurante de nouvelles relations.

Relations existantes

Lorsque votre conjoint décède, cela modifie une foule de relations.

  • Vos relations avec vos enfants seront maintenant différentes, car vous devrez peut-être assumer de nouveaux rôles dans leur vie - en effet, être à la fois mère et père.
  • Les relations avec d'autres parents, beaux-parents, même des amis peuvent changer à la suite du décès.
  • Certaines relations peuvent avoir une nouvelle intimité alors que d'autres peuvent s'effriter.
  • À un moment où vous pourriez être émotionnellement dans le besoin, vous pouvez devenir impatient avec de vieux amis. Vous pouvez en vouloir ou en avoir plus besoin de soutien que ce qu'ils sont capables de donner. Vous devez parler et écouter lorsque vous discutez de votre besoin de soutien. Encore une fois, vous devez faire attention à ne pas vous éloigner de ceux qui se soucient vraiment de vous.

Gérer les commentaires négatifs

Soyez patient avec les autres. Parfois, les autres peuvent faire des commentaires qui peuvent être inutiles. « Tu es jeune, tu peux te remarier. »F « Son décès est une bénédiction pour toi. Tu n'avais plus de vie à t'occuper de lui. »

Erin Linn, une mère en deuil, a écrit un livre merveilleux intitulé « I Know Just How You Feel: Avoiding the Clichés of Grief. » Elle suggère judicieusement de vous poser trois questions quand de tels commentaires irréfléchis vous troublent.

  1. « Pourquoi est-ce que ça a fait mal? » Presque toujours, la réponse est que de tels commentaires invalident votre chagrin.
  2. « Pourquoi la personne l'a-t-elle dit?» Quelle que soit l'insouciance du commentaire, la plupart du temps, l'autre personne ne sait tout simplement pas quoi dire. Cette question vous permet de reconnaitre que même si cela peut vous paraître maladroit, le commentaire était censé vous soutenir.
  3. « Qu'aurais-je pu dire? » Par exemple, la réponse à « Tu es jeune, tu pourras te remarier » peut être quelque chose comme « Je ne sais pas ce que l'avenir pourrait contenir, en ce moment je pleure profondément mon mari ». Bien qu'il soit peut-être trop tard pour répondre au commentaire, une telle réflexion vous prépare et vous donne des moyens pour l'avenir.

Le deuil et le travail

Certains conjoints en deuil, pour diverses raisons, peuvent avoir besoin de reprendre le travail peu de temps après les funérailles. C'est difficile de vivre son deuil dans le milieu de travail. Le monde du travail est structuré, plein de responsabilités et d'attentes. Il y a peu de place allouée pour les difficultés que vous pouvez rencontrer lorsque vous faites face à votre chagrin. Mais, le deuil est un processus, des montagnes russes d'expériences et de réactions. Il y a des jours où vous fonctionnez bien et d'autres où c'est difficile de bien gérer.

Il est utile d'accepter votre propre deuil.

Vous ne pouvez pas simplement l'éteindre lorsque vous êtes au travail. Reconnaissez que certains jours seront plus difficiles que d'autres. Soyez flexibles. Lorsque vous avez une mauvaise journée, vous ne serez peut-être pas capable d'accomplir tout ce que vous auriez souhaité. Reconnaissez que d'autres journées seront plus productives. Soyez assuré que c’est correct d’avoir encore besoin de prendre soin de vous.

Soyez doux avec les autres aussi. Les gens pourraient ne pas savoir quoi dire. Cela aide d'être clair à propos du deuil. Partagez votre deuil avec ceux qui offrent leur soutien. Les collègues, même les superviseurs, peuvent avoir besoin de conseils sur la meilleure façon d'aider. Utilisez les ressources que le travail peut offrir. Les ressources humaines et les programmes d'aide aux employés peuvent offrir des informations, du soutien, de la thérapie, de l'aide et des références.

Chercher de l'aide

Dans votre deuil, vous n'avez pas besoin de pleurer seul. Il existe plusieurs ressources pour vous aider dans votre deuil.

Livres

Par exemple, au cours des dernières années, de nombreux livres sur le deuil et le chagrin ont été publiés.

  • « Widow » de Lynne Caine
  • « How to Go on Living When Someone You Love Dies » de Therese A. Rando
  • Certains sont des récits écrits à la première personne, d'autres sont écrits par des psychologues et des thérapeutes.

Les livres peuvent vous rassurer que vos réactions sont naturelles et peuvent offrir des suggestions pour faire face et entretenir l'espoir.

Les groupes d'entraide

Les groupes d'entraide sont une autre ressource qui a beaucoup à offrir. Les groupes d'entraide peuvent offrir une validation. Le deuil peut tellement isoler. Les groupes d'entraide offrent un endroit pour démêler toutes ces réactions, pour reconnaitre qu'elles font partie du parcours du deuil. Par exemple, il est facile de se sentir isolé et seul quand on est en deuil. Vous pouvez même vous demander, « Est-ce que je deviens fou? » Les groupes d'entraide réaffirment que vous ne devenez pas fou, vous êtes simplement en deuil.

Dans les groupes d'entraide, vous êtes avec d'autres personnes qui ont subi un deuil similaire. Les groupes d'entraide offrent des suggestions pour faire face à toutes les difficultés quotidiennes du deuil. Au fur et à mesure que vous entendez les histoires sur la façon dont les autres ont fait face à un problème particulier, vous pouvez trouver la solution qui pourrait le mieux vous convenir. Parfois, ces problèmes peuvent être très banals, mais les partager avec d'autres peut apporter un soulagement et des solutions.

Les groupes de soutien peuvent également être :

  • Un répit. Pour plusieurs, le groupe d'entraide peut représenter un après-midi ou une nuit loin de la maison, une pause dans la solitude et l'ennui qui peut aussi faire partie du deuil.
  • Agents de changement — faisant évoluer les lois, contestant les conventions sociales. Pensez, par exemple, à la façon dont les « Mothers Against Drunk Driving (MADD) » ont radicalement réformé les façons dont le système de justice envisage la conduite en état d'ébriété.
  • Fournisseurs d'espoir. Au milieu du brouillard de votre propre chagrin, ils fournissent des modèles qui réaffirment que l'on peut survivre à la perte.
  • Une façon de vous aider. En aidant les autres, les uns les autres, vous vous aidez. Vous pouvez, même dans le brouillard du chagrin, trouver une nouvelle empathie, de nouvelles compréhensions, même de nouveaux amis et de nouvelles forces.

Aide psychologique

La thérapie est une autre source d'aide. La recherche de conseils n'est pas un signe de faiblesse. C'est plutôt un signe de croissance, la maturité nécessaire pour utiliser toutes les ressources dont vous avez besoin tandis que vous vous adaptez à votre deuil. Comme les groupes d'entraide, la thérapie peut également offrir une validation de votre deuil, des suggestions pour faire face à des problèmes variés, du soutien et de l'espoir.

La thérapie peut être particulièrement utile dans un certain nombre de circonstances, en particulier lorsque vos besoins sont tels que vous nécessitez une attention et d'une assistance plus personnelles que celles qui pourraient être disponibles au sein d'un groupe.

Il est préférable de demander une aide professionnelle si vous êtes :

  • Destructeur envers vous ou destructeur envers les autres.
  • Faites un usage de drogues ou d'alcool inapproprié.
  • Ne fonctionnez pas dans vos rôles critiques au travail et à la maison.

Souvent, la maison funéraire ou la maison de soins de votre région aura des informations sur les groupes d'entraide et les thérapeutes spécialisés dans le deuil près de chez vous. De plus, l'« Association for Death Education and Counseling » offre aussi des noms de conseillers spécialisés dans la gestion du deuil pratiquant dans votre région.

Comme avec d'autres professionnels, vous devrez peut-être essayer quelques groupes ou thérapeutes afin de trouver la ressource avec laquelle vous êtes le plus à l'aise et celle qui répond à vos besoins.

Retrouver une vie

Bien que la perte d'un conjoint soit une expérience extraordinairement difficile, il est important de réaffirmer que vous pouvez retrouver une vie — une vie changée, néanmoins une vie — au-delà de ce deuil. Dr Catherine Sanders, psychologue et veuve qui a étudié le deuil conjugal, a suggéré trois questions qui peuvent vous guider dans ce parcours.

1. Que voulez-vous apporter de votre ancienne vie dans votre nouvelle vie?

Il y a peut-être des souvenirs que vous voulez conserver ou même des objets qui vous rappellent la personne décédée. Vous voudrez peut-être retrouver la joie et la confiance que vous aviez autrefois. Peut-être y a-t-il des relations que vous voulez préserver et poursuivre.

2. Que voulez-vous laisser derrière vous?

Comme vous vous adaptez à une vie changée, il peut y avoir des pièces que vous ne souhaitez pas apporter. Celles-ci peuvent être des sentiments tels que la colère ou la culpabilité avec lesquels vous avez encore du mal dans votre parcours de deuil. Peut-être y a-t-il des souvenirs ou des images que vous devez encore explorer et gérer. Il peut y avoir des relations qui ne semblent plus significatives ou constructives.

3. Qu'est-ce que vous devez ajouter?

Tandis que vous entrez dans une nouvelle vie, vous devrez peut-être développer différentes compétences dont vous aurez besoin pour survivre seul. Vous devrez peut-être développer de nouvelles relations, de nouveaux intérêts ou un nouveau réseau de soutien.

Survivre et se réaliser

Sanders soutient qu'il existe des choix même dans le deuil. Mais finalement, le choix est de savoir si vous choisirez de survivre, peut-être même, aussi difficile que cela semble maintenant, prospérer dans cette vie maintenant changée.

À propos de l'auteur

Dr Kenneth J. Doka est professeur de gérontologie à la « Graduate School of The College of New Rochelle » et conseiller supérieur à l'« Hospice Foundation of America ». Auteur prolifique, Dr Doka a écrit 24 livres, il a publié plus de 100 articles et chapitres de livre et il est éditeur d'une revue scientifique et d'une infolettre sur le sujet du deuil et du chagrin.

Dr Doka a été élu président de l'« Association for Death Education and Counseling » en 1993. En 1995, il a été élu comme membre du conseil du « International Work Group on Dying, Death and Bereavement » et il en a été le président de 1997 à 1999. L'« Association for Death Education and Counseling » lui a remis un prix pour ses contributions hors pair dans le domaine de la formation à propos du deuil en 1998. En 2000, Scott and White lui a remis un prix pour ses contributions hors pair à « Thanatology and Hospice ». Son alma mater, Concordia College, lui a remis le premier « Distinguished Alumnus Award ». En 2006, Dr Doka a été reconnu conseiller en santé mentale avec permis d'exercice de la première brigade de conseillers de l'État de New York.

Dr Doka a présenté des conférences d'ouverture à travers l'Amérique du Nord ainsi qu'en Europe, en Asie, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il participe à la téléconférence annuelle de l'« Hospice Foundation of America » et il a fait des apparitions à CNN et à Nightline. De plus, il a été consultant pour des organisations dans le domaine médical, des soins infirmiers, des services funéraires et des maisons de soins ainsi que pour des entreprises et des organismes en services sociaux. Dr Doka est un ministre du culte luthérien.