×

Maison funéraire Nault & Caron

2033 Rue Sainte-Famille, Jonquière, QC

OBITUARY

M. Peter Vatcher VE2 PJV

Play Tribute Movie

Le 31 août 2020, est décédé entouré d’amour, à l’âge de 72 ans, M. Peter Vatcher, époux de Mme Martine Verreault, demeurant à Shipshaw. La famille accueillera les parents et amis en respectant les consignes de la santé publique (lavage des mains, distanciation sociale et port du couvre-visage obligatoire), à la maison funéraire Nault et Caron, Réseau Dignité 2300, Ste-Famille Jonquière (secteur Kénogami) Les heures d’accueil sont : le dimanche 6 septembre 2020 de 11h à 14h, suivra la cérémonie d’adieu à 14h à la chapelle de la maison funéraire. M. Vatcher a été incinéré et les cendres seront déposées au columbarium Nault et Caron de Kénogami. Il était le fils de feu M. Thomas Vatcher et de feu Mme Elsie-May Hudson. Il laisse dans le deuil outre son épouse Mme Martine Verreault; son fils : Billy Vatcher (Nathalie Gordon); ses petits-enfants : Anthony, Félix et Ophélia; ses sœurs : Linda, Jeane et Krystine Vatcher; ses beaux-frères et belles-sœurs : Sylvain Verreault (Lina Boivin), Diane, feu Robin, Luc, feu Dany, Marco et Stéphane (Nathalie Levesque). Il laisse également dans le deuil plusieurs neveux et nièces parents et amis ainsi que tous ses confrères du Réseau de Radio amateur. La famille tient à remercier tout le personnel et les bénévoles de la Maison de soins palliatifs du Saguenay pour leur sensibilité et les bons soins prodigués. Pour ceux et celles qui le désirent une personne bénévole de la Maison de soins palliatifs du Saguenay sera présent au salon afin de recueillir vos dons. Pour démontrer votre soutien à la famille de M. Vatcher et partager un souvenir, visitez notre site: www.naultetcaronstefamille.ca Pour informations : (418) 542-2626, télécopieur : (418) 418 542-6051, pour vos messages de condoléances info@naultetcaron.com . Direction funéraire : Maison funéraire Nault et Caron, Réseau Dignité.

Services

  • Visite au salon

    Sunday, September 6, 2020

  • Cérémonie d'adieu

    Sunday, September 6, 2020

Memories

M. Peter Vatcher VE2 PJV

have a memory or condolence to add?

ADD A MEMORY
Mitchel Fortin

September 7, 2020

Toutes mes condoléances à la famille Vatcher. C’est un moment difficile à passer mais qui est empreint d’émotions. Il nous reste maintenant les souvenirs et nous allons les chérir très fort. Je pense aux fois avec ma tante Jean et son frère... que de douceur et de bons moments. Je sais qu’avec SCI-Nault et Caron, Peter a été entre de bonnes mains pour sa disposition. Maintenant, au tour de la famille de porter le doux souvenir de sa présence.

All my condolences,

Mitchel xx

Gérald Boulianne

September 5, 2020

A toi Martine et Billy,

Gina se joint à moi pour vous souhaiter nos plus sincères condoléances.
Pierre fut pour moi une personne importante pas seulement comme radio amateur mais comme ami spécial.
Bon courage dans cette épreuve.
Gina (VE2-NEZ) et Gérald (VE2-GPK) 🌹

Emmanuel Savoie

September 5, 2020

Chère Martine et Cher Billy,

Je garde que de bons souvenirs de Peter, de sa présence apaisante, remplie de paix et de joie! De tous ces beaux moments passés chez vous Martine, de votre bel accueil et aussi de vos visites à Québec sur la rue Arago. Je me sens privilégié d'avoir connu Peter! Et doublement privilégié d'avoir son fils comme collègue et ami! Car Billy, il me semble que tu lui ressembles beaucoup!

De la part de toute la famille (Marie-Hélène, Maude, Gabriel et moi-même), nous vous envoyons nos plus belles pensées et prières.


Manu

Christina Beaulieu

September 4, 2020

Mes sympathies à toute la famille , mes pensées vous accompagne , bon voyage pierre et bon repos xx

Pierre-Olivier Tremblay

September 4, 2020

Cher Pierre! Que de beaux souvenirs avec Matine et Billy lors de nos belles soirées de prière à Chibougamau. Ton sourire plein de bonté, ton rire, ta participation aux chants et aux partages ont fait de toi un membre vivant de nos groupes de prière. J'ai été heureux de pouvoir te parler un peu les derniers temps. Tu étais encore bon et positif. Quel homme!
Merci Pierre de tout ce que tu es. Et je demande à Dieu de te bénir, de t'accueilir dans sa maison. Paix à toi et à toute la famille!
Pierre-Olivier Tremblay

Beaulieu Michel

September 4, 2020

mes sympaties a toutes la la famille de Pierre vatcher je garde de tres bon souvenir de toi aurevoir mon ami et bon voyage .

Isabelle Petit (Cormier)

September 4, 2020

Sending the Vatcher and Verrault family my sincere condolences. Peter was always one of the first ones to reach out with a kind word, a message of encouragement and a heart felt hello. He will be missed by many. Bon courage à vous dans ces moments difficiles.
Isabelle (fille d’Hélène Cormier)

Ingrid Vatcher

September 4, 2020

Hi. I think that you fought like a tiger. You gave it all you had. I loved you. I really appreciated how you helped me. You are an angel in heaven. Please watch over all of us.

Lucy Loiselle

September 3, 2020

Toute mes sympathies Billy, Martine et à votre famille.

richard desrosiers

September 3, 2020

Nos sincères condoléances à Martine, Billy et la famille Vatcher.
Notre mère Élizabeth, se joint à nous pour vous envoyer nos pensées et prières en ces temps difficiles.
Diane, Anne, Marie, Jane, Michel et Richard Cormier.

FROM THE FAMILY
FROM THE FAMILY
FROM THE FAMILY
FROM THE FAMILY
FROM THE FAMILY
FROM THE FAMILY
FROM THE FAMILY
FROM THE FAMILY
FROM THE FAMILY
FROM THE FAMILY

Biography

(English version follows after the dotted lines)

L’histoire de la vie de Peter Vatcher en est une de ténacité et d’un coeur à l’écoute des autres.

Il a toujours su être une présence qui aide et sa vie en fut une de service et de dévouement.

Sa mission de vie a été d’aider les autres à atteindre le bonheur et de le partager avec eux en toute simplicité.

Il est dit que nous pouvons trouver nos forces dans nos faiblesses.
La vie de Peter en montre l’exemple.

Dès sa naissance, son coeur était malade avec des malformations qui présageait qu’il ne vivrait pas vieux.
Contre toutes attentes, avec les avancées médicales, un suivi régulier et plusieurs opérations à coeur-ouvert, il a fêté son 72e anniversaire.

Son coeur fragile ne l’a pas empêché de vivre sa vie pleinement : il a travaillé un métier que certains aurait considéré impossible pour quelqu’un dans sa condition. Pendant 27 ans, il a travaillé aux chantiers de bois Barette-Chapais. C’étaient des semaines intenses et exigeantes physiquement. (Souvent en faisant du temps supplémentaire.) Il l’a fait, en gardant la bonne humeur, sans jamais se plaindre, pour offrir le meilleur à sa petite famille.

Son coeur était malade mais il était grand et rempli d’amour et sa mission de vie a été de le donner aux autres. C’est par amour et dévouement qu’il garda le morale tout au long de ces années passant par des opérations à coeur ouvert qui lui ont montré d’autant plus la fragilité de la vie que l’importance de la savourer autant qu’on le peut.

Il a du apprendre tôt à se faire l’idée de son éventuelle mort.

De là est venu une sagesse et une force. Il a du apprendre à ne pas s’inquiéter et nous invitait de la même façon de ne pas trop s’inquiéter, se casser la tête ou faire des “tralalas”. Bref, une sagesse de l’intelligence émotionnelle qui lui permettait de comprendre les autres et être à l’écoute de leurs besoins.

Il pourrait donc sembler naturel que ses pensées se sont toujours tournées vers ceux qui en ont besoin, notamment, les malades et les personnes qui souffrent.

Il a été pour des centaines de personnes l’oreille qui écoute sans jugement et qui redonne à la personne confiance d’être sa propre autorité dans sa vie, la personne qui les appelle alors qu’ils se sentaient seuls, la personne qui, avec plaisir prenait le temps de discuter.

Et ce, il ne l’a pas seulement fait avec sa famille proche mais également avec ses amis dont des centaines de radio amateurs de partout dans le monde qui, dans la camaraderie des réseaux ont partagé la pluie, le beau temps mais aussi la richesse commune de réflexions et d’amitiés posées sur des décennies.

Sur les réseaux, Peter (VE2 PJV) a toujours eu une pensée pour les malades. “N’oublions pas les malades” disait-il souvent.

Toujours accueillant, des radio-amateurs venait fréquemment le visiter chez lui à Chibougamau et il leur laissait une place dans sa maison ou dans sa cour lors de leurs visites de pêche ou leurs excursions nordiques.

Toujours au poste, il se levait très tôt le matin pour parler aux gens des réseaux de radio-amateurs. (Il faisait parti de plusieurs réseaux et dernièrement du DMR sur internet.)

À la relecture de sa vie, on voit une personne intègre qui a eu une parole impeccable dont ont voit la concordance entre les actions et les paroles. Une personne qui ne vous laissera jamais tomber. On ne peut que constater la constance de ses valeurs qui n’étaient jamais vantées mais offertes en action en toute simplicité.

L’HISTOIRE DE LA VIE DE PETER
Ses parents Thomas et Elsie se sont rencontrés alors qu’Elsie travaillait comme aide soignante et à la buanderie d’un hôpital à Londres lors de la deuxième guerre mondiale. Thomas était en convalescence à cet hôpital et ils ont appris à se connaître et se sont mariés pour ensuite habiter ensemble au Canada.

Ils voulaient tellement avoir un enfant ensemble et suite à la perte d’un premier enfant, ils furent si heureux lorsque Peter est né à l’hôpital d’Arvida le 29 juillet 1948. Par la suite, Thomas et Elsie ont eu le bonheur de trois autres enfants : Linda, Jeane et Christine. Ils vécurent comme une famille heureuse rempli d’amour et de taquineries ou les histoires rocambolesques inoubliables abondent qui seraient trop longues à raconter ici. Il a été le grand frère qui était toujours la pour ses soeurs.

Peter a été à l’école à Saguenay Valley high school à Arvida ou il a complété son secondaire 5.
Il aimait beaucoup sa moto et c’est lors d’une de ses promenades qu’il rencontra par heureux hasard l’amour de sa vie. À l’âge de 23 ans, alors qu’il se promenait à Kénogami et prit un pause à un Casse-Croute, il rencontra Martine Verreault. Ce jour là, le 28 mai 1971, Martine pressentit qu’il serait l’homme de sa vie et quelques années plus tard, ils se sont marié.

À cette époque, il était de coutume d’enduire de mélasse les futurs mariés et de le lancer dans la boîte d’un camion rempli de plumes avant son mariage. Afin d’éviter cette mésaventure, Martine opta à ce que le mariage ait lieu en plein hiver. Il ses sont mariés le 23 février 1973.

Au printemps suivant, ils durent s’exiler en Abitibi pour travailler dans un moulin à scie. Martine travaillait à la dépileuse et Pierre aux lattes. De retour à Kénogami après deux ans, Pierre fut obligé de se faire opérer pour le cœur en 1977. Deux mois après, Pierre appliqua pour un travail chez Barette-Chapais et ils déménagèrent à Chapais (1977) puis à Chibougamau (1978). Après 10 ans de mariage ils ont eu leur seul et unique fils Billy.

Au fil du temps, Billy grandit et s’intéresse à la foi lors de sa confirmation et développe sa foi.
C’en devient une affaire familiale et de la découle de nombreuses années remplies de rencontres avec les messes, les soirées de prières, des retraites, des soupers conviviaux et une amitié riche de sens avec de nombreuses et précieuses personnes qui demeurent toujours en son coeur, notamment Pierre-Olivier Tremblay, prêtre Oblat (Qui fut par la suite recteur du Sanctuaire Notre Dame du Cap à Trois-Rivières et Évêque auxiliaire).

En 2003 Billy quitte pour les études universitaires à Québec et l’année suivante Peter et Martine vendent leur maison pour habiter au Saguenay afin d’être plus près de la famille, notamment de son père Thomas qui vieillissait. Aussi, afin d’être plus près des cardiologues qui pouvait plus aisément suivre son état de santé.

Depuis ce temps Peter était à la retraite, ne laissant jamais une journée passer sans qu’il communique avec le monde de sa famille et de ses amis soit par ses radios, par internet ou par le téléphone. Son fils devient Magicien et rencontre Nathalie, sa conjointe. C’est ainsi, Peter devient grand père de trois beaux enfants : Anthony (2013), Félix (2014) et Ophélia (2017).

Il a toujours maintenu le lien avec les autres et offert son coeur au travers des années et ce, malgré ses limitations.
Au point tel que dans les deux derniers mois de sa vie, alors que sa santé décline et qu’il est à l’hôpital ne dormant que quelques heures parsemées par jour, il continue d’appeler des gens pour les parler une dernière fois. Il fait tous les efforts du monde pour revenir à la maison un dernier mois. Ce n’est que quatre jours précédant son décès qu’il va à la Maison des Soins palliatifs du Saguenay.

C’est ainsi qu’au moment de son décès, il était entouré de l’amour de sa femme, Martine, avec qui il a vécu un mariage d’amour et de fidélité de 47 ans ainsi que de son fils Billy et de ses soeurs. Toute sa famille et les personnes qu’il gardait contact avec régulièrement était là avec lui en pensée : tous ses amis radio-amateurs, ses anciens collègues de travail et ses amis de Chibougamau se rappelleront d’un homme qui a toujours le sourire au visage malgré les difficultés et qui nous montre que le bonheur est possible en toute simplicité.

Il a mené une vie remplie et peut maintenant se reposer.

Nous garderons pour toujours dans notre coeur un petit Peter.


“ À toi que j’aime,

Toute ma vie je n’ai voulu qu’une chose :

que nous puissions être heureux

Le bonheur est tout près à qui sait le cueillir.

Mon bonheur fut de vous connaître.

La mission de ma vie a été de vous donner mon coeur.

Merci pour tout…


Nos coeurs demeurent pour toujours connectés.


Gardez le sourire ! :) ”

- Peter

————————————————————————————————————

ENGLISH EULOGY, BIOGRAPHY AND LIFE STORY OF PETER VATCHER

The story of the life of Peter Vatcher is one of grit and of a heart open to hear others.

He always was someone who was there to help and his life was lived in service and in devotion.

To help others to attain happiness and to simply share it with them was his life’s work.

The life of Peter is a prime example that we can find our strengths in our weaknesses.

Since the moment he was born, his heart was sick with malformations. Doctors didn’t think he would live to old age.
Beating the odds, with advances in medical research, a tight medical followup and many heart surgeries and procedures, he lived to see his 72nd anniversary.

His heart was frail but that didn’t prevent him from living his life fully. He worked in a job that some would have considered impossible for someone with his situation. For 27 years, he worked in the wood mill of Barette-Chapais : doing demanding physical labour and long weeks often doing over-time. He did all that all while keeping his smile and without ever complaining to give the best life possible for his family.

His heart was sick but it was big and filled to the brim with love. His mission in life was to give his heart to others. It is with love and devotion that he kept his spirits up all though those years all while living multiple open heart surgeries. This showed him even more how life is fragile and how much it is so important to savour it as much as possible.

Early on, he was aware of his eventual demise.

From this awareness came a form of wisdom and strength. He had to learn not to worry and called upon us in the same way not to worry too much, not to break our heads with puzzles and “shenanigans”. It was essentially a wisdom of emotional intelligence which allowed him to understand others and to be there to listen to them and their needs.

It could seem normal therefore that his thoughts were always close to the ones in need, notably, sick people and people who suffer.

He has been, for hundreds of people the ear that listens without judging them and who gives back to the person agency : the possibility to be one’s own authority in his or her life. He was the person who called them when they felt alone, the person whom, with pleasure, took time to discuss with them.

He did this not only with his family but also with friends among which hundreds of ham-radio operators from all over the world whom, in the fellowship of the radio waves shared the rain, good weather but also the wealth of thoughts and friendships developed over decades.

On the radio networks, Peter (VE2 PJV) had always a thought for sick people. He often said : “Let’s not forget the people who are sick!”

Always a good host, he welcomed ham radio operators who often visited him at his house in Chibougamau and kept them a place in his home or on his yard when they came on their treks or fishing trips.

Always ready, he woke up early in the morning to talk to his people on the networks. (He was part of many radio networks and more recently of a DMR network on internet.)

Looking back upon his life, we see someone who lived with integrity, someone who had impeccable word : which means, someone whom actions and words were one and the same. Someone who will never let you down. We can only see the coherence of his values which were never boasted but rather offered in simple action.

THE STORY OF PETER’S LIFE
His parents Thomas and Elsie met each other while Elsie was working as a caregiver and laundrywoman in a hospital in London during the second world war. Thomas was in recovery in that hospital and they got to know each other. They married and then went on together to live in Canada.

They so dearly wanted a child together and after the loss of a first child, they were overjoyed when Peter was born on July 29th 1948 at Arvida’s hospital. Afterwards, Thomas and Elsie had the joy of three other children : Linda, Jeane and Christine. They lived as a happy family filled with love and teasing and unforgettable funny stories which are too numerous to discuss here. Peter was the big brother that was always there for his three sisters.

Peter went to Saguenay Valley High School in Arvida and completed in secondary 5. He loved his motorcycle and it was during one of his rides that he met by good fortune the love of his life. At 23 years old, while he was riding in Kénogami he took a break in a snackbar, he met Martine Verreault. That day, on may 28th 1971, Martine sensed that he would be the man of his life and several years later, they married.

In that time, it was customary to give a hard time to the to-be-spouse by putting all over his body some molasses and to pitch him in a pick-up truck filled with feathers. To prevent this unpleasant endeavour, Martine preferred that the wedding be held in the middle of winter. They married on February 23rd 1973.

The following spring, they had to leave to work in the region of Abitibi to both work in a saw mill. Two years later, they were back in Kénogami. Peter had to undergo heart surgery. Two months later, Peter applied for a job in a a saw mill in a remote city 4 hours north of where he lived for a company named Barette-Chapais. He got the job and they moved to Chapais (1977) and then to Chibougamau (1978) which is the neighbouring town. After 10 years of marriage they got their one and only son : Billy.

As time went by, Billy grew up and got curious about faith during his confirmation and developed his faith. This became an interest to the whole family which partook in a large number of masses, prayer sessions in people’s homes, retreats and suppers. All those people stayed in Peter’s heart even after he moved, notably Pierre-Oliver Tremblay, an Oblate priest (Whom thereafter became the rector of the Notre-Dame-du-Cap Sanctuary in Trois-Rivières and auxiliary Bishop.)

In 2003, Billy leaves home for his university studies in Québec City and the following year Peter and Martine sell their house to live once again in Saguenay so they can be closer to their families. Notably, they wanted to be closer to Thomas (Peter’s father) who was getting old. Also, that way, they were closer to the heart specialists who were following up on his health.

Since his retirement began, he stayed true to his habits. He never let one day go by without communicating with others in his family and his friends : whether that be with his radios, by internet or by phone. His son became a magician and met Nathalie with whom he had three children. Therefore, Peter became a grandfather of three beautiful children : Anthony (2013), Félix (2014) and Ophélia (2017).

Peter always stayed connected to others and offered his heart through the years. He did so even with his limitations.
This became even more apparent when, during his last two last months of life, while his health declined and was in the hospital or home sleeping sporadically and disquieted only several hours a day, he still called people to talk to them one last time. He did all he could to come back home for the last weeks of his life. It was only four days before his death that he went to the House of palliative care of the Saguenay.

It came to be that in the moments of his death, he was surrounded by the love of his wife, Martine, with whom he lived a loving and faithful alliance of 47 years and also his son Billy and his sisters. All the family and the people who kept in touch with regularly were there with him in tough : all his ham-radio friends, his old colleagues and his friends from Chibougamau who shall remember a man who always had a smile on his face through thick and though thin and who showed us that happiness is possible in simplicity.

He fulfilled his life’s mission and lived a full life and he can now rest.

We shall keep forever in our hearts a little Peter.


“To you who I love,

All my life, I only wanted one thing :

That we could be happy.

My Happiness was to know you.

My life’s mission was to give you my heart.

Thank you for everything…


Our hearts will always stay connected

Keep smiling ! :)”

- Peter

Learn more about the VE2 PJV name

VISIT ANCESTRY.COM